Légiférer en matière linguistique

Discipline: Science politique
Parution: 21 novembre 2008

Description

Enjeu des luttes politiques contemporaines, la langue renvoie aux représentations mêmes de la communauté : celles du bien commun comme mémoire, acquis et projet légitimes – les politiques de l’identité –, celles des divisions du social dans tous leurs embranchements – les politiques de la reconnaissance. Devenant des problèmes politiques, l’usage et la reconnaissance des langues nécessitent l’implantation de règles et de normes. Dès lors, l’État active l’une de ses compétences premières, celle de légiférer. Geste du souverain et pratique de gouvernement, l’acte de légiférer implique les agents de l’État et les membres de la Société civile. L’acte de légiférer se déroule aussi en trois temps, soit ceux de la délimitation du lieu politique, de la mobilisation d’un savoir et de l’énonciation du droit.
Pour qui légifère-t-on en matière linguistique ? Comment légifère-t-on ? Pourquoi ? Au nom de quels principes ? Ces questions sont au cœur du présent ouvrage. Dans une perspective interdisciplinaire, les contributions de ce recueil lèvent le voile sur divers facteurs qui ont transformé la langue en un problème politique requérant l’intervention de l’État au Canada, au Québec et dans les autres provinces canadiennes.
Avec des contributions de
Michel Bastarache, Jean-Pierre Beaud, Daniel Bourgeois, Eugénie Brouillet, Stacy Churchill, Nathalie Courcy, Sabrina Dumoulin, Pierre Foucher, Anne-Sophie Fournier-Plamondon, Graham Fraser, Matthew Hayday, Monica Heller, Valérie Lapointe-Gagnon, Julia Lalande, Patrick-Michel Noël, Jean-Guy Prévost, Michel Seymour, Don Stevenson et Joseph-G. Turi.
Revenir en haut