Éthique de l’hospitalité

Éthique de l’hospitalité

Discipline: Éthique
Parution: 02 octobre 2009
Penseur vedette. Très cité par les médias. Courrier international, Le Monde etc. Plusieurs traduction chez Flammarion (celle-ci pourrait être coéditée avec Flammarion)

Description

Traduit de l’espagnol par Blanca Navarro Pardiñas et Luc Vigneault
L’hospitalité répond aux caractéristiques de ces expériences éthiques fondamentales qui tissent la vie des êtres humains. Dans l’échange de l’hospitalité se manifeste la première forme d’une humanité générale. L’hospitalité est une catégorie qui permet d’interpréter la situation générale de l’homme dans le monde. Que nous soyons les hôtes les uns des autres signifie que notre situation dans le monde répond à une structure de la réception et de la rencontre, qu’il existe une liberté pour donner et pour recevoir au-delà des impératifs de la réciprocité. Dans une certaine mesure, ce livre propose une éthique de la contrariété face à une éthique de l’initiative, et vise une idée de la vie bonne plus intéressée à laisser ouverte la possibilité de s’émouvoir qu’à se protéger de toute irruption de l’inattendu. La compétence éthique fondamentale consiste à s’ouvrir vers le tout autre et les autres, à être accessible aux sollicitations du monde, attentif à ce qui est différent de soi-même. Il y a une certaine supériorité morale des petites manies sur l’autosuffisance, de l’amour vulnérable sur le contrôle et la modération, de la générosité de la passion sur la prudence rationnelle, de l’excès sur la simple réciprocité.
L’éthique de l’hospitalité intervient à propos dans un moment culturel tiraillé par le conflit entre les impératifs de la modernisation et de la croissance, d’une part, et d’autre part, par les exigences d’une éthique de la conservation, de la prudence et de la protection. Face à la fragilité générale du monde, nous assistons à l’émergence d’une forte sensibilité, d’une nouvelle sollicitude et d’un souci de l’autre. Dans ce contexte, le devoir des individus ne consiste pas à se protéger de la société, mais à la défendre, à prendre soin d’un tissu social en dehors duquel aucune identité ne peut se réalise
r.

Autres publications

Revenir en haut