À paraître
Structures d'indifférence. Vie et mort d'un Autochtone dans une ville canadienne

Structures d'indifférence. Vie et mort d'un Autochtone dans une ville canadienne

Cet ouvrage parle de la vie et de la mort d’un Autochtone, Brian Sinclair, dans une ville canadienne et de ce que cela révèle de l’histoire persistante du colonialisme et de la relation qu’entretiennent avec elle les peuples autochtones. Les autrices y voient une structure d’indifférence, créée et préservée par le colonialisme.
À paraître Bientôt disponible
M'aviser lors de la parution

Description

Structures d’indifférence parle de la vie et de la mort d’un Autochtone dans une ville canadienne et de ce que cela révèle de l’histoire persistante du colonialisme. Le cœur de cette histoire, ce sont les 34 heures qui se sont déroulées en septembre 2008. Pendant cette journée et demie, Brian Sinclair, un Indien anichinabé non inscrit d’âge moyen qui habitait la capitale du Manitoba, s’est rendu à l’urgence du Centre des sciences de la santé (Health Sciences Centre, HSC), le principal hôpital du centre-ville de Winnipeg, et il a été laissé à lui-même, sans traitement, avant de mourir d’une infection qui aurait facilement pu être traitée. Son décès témoigne de l’existence d’une structure d’indifférence bien précise qui a été créée et préservée par le colonialisme.

Mary Jane Logan McCallum et Adele Perry décrivent comment Brian Sinclair, invisibilisé et ignoré de son vivant, en est venu à représenter des idées qui, bien que confuses, brossent un portrait singulier et largement déshumanisé des populations autochtones urbaines.Cette histoire parle de l’indigénéité ordinaire telle qu’elle est vécue dans la ville de Winnipeg à travers l’expérience de Brian Sinclair.



LAURÉAT du Prix du livre en histoire autochtone, Société historique du Canada (2019)



LAURÉAT du Prix Alexander-Kennedy-Isbister pour les études et essais, Les Prix du livre du Manitoba (2019)





Revenir en haut