La destruction des Indiens des Plaines. Maladies, famines organisées, disparition du mode de vie autochtone - Format de poche

Prix et mentions

GAGNANT 2016 du Prix du Gouverneur Général pour la traduction

La destruction des Indiens des Plaines. Maladies, famines organisées, disparition du mode de vie autochtone - Format de poche

Discipline: Histoire
Parution: 01 novembre 2017
"Cet ouvrage s’avère indispensable pour quiconque souhaite comprendre la situation actuelle des Premières Nations de l’Ouest du Canada." Revue Études internationales, Nadine Boucher, Département de sociologie, Université Laval, Québec, Canada

Description

« Ce livre est un ouvrage exceptionnel... » Jean-Philippe Belleau Associate Professor, Anthropology Department, University of Massachusetts, Boston

« Voici servi sur un plateau d’argent par l’historien James Daschuk de l’Université du Manitoba,
La destruction des indiens des plaines. Horrible constat où se succède des méthodes génocidaires comme des famines préméditées dignes de ce que Staline fera plus tard pour exterminer les ukrainiens. De grands chapitres sont consacrés entre autres aux maladies apportées par les blancs dont la variole, si dévastatrice. On comprend mieux au final, les revendications légitimes de ces peuples fondateurs brimés. » Culturehebdo.com,décembre 2015.

« Richement documenté,
La destruction des Indiens des Plaines offre une explication au désarroi et à la perte de repères de tant d’Autochtones. En dépit d’un sujet difficile, la traduction de Catherine Ego est fluide et sans lourdeur. La version anglaise (Clearing the Plains: Disease, Politics of Starvation, and the Loss of Aboriginal Life, University of Regina Press, 2013) a reçu le Prix d’histoire du Gouverneur général du Canada en 2014. Ironie suprême, cette récompense prestigieuse décernée pour la recherche savante porte le nom du pire persécuteur des Autochtones : le Prix Sir   John   A.  MacDonald. » Yves Laberge, Nuit Blanche, n° 145, 2017.

« Signalons enfin le style fluide et enlevé de l’auteur...Encore fallait-il une traduction fine qui rende justice à la qualité de l’écriture et à l’opérativité des démonstrations : il convient de saluer également le travail de la traductrice, Catherine Ego. » Jean-Philippe Belleau Associate Professor, Anthropology Department, University of Massachusetts, Boston

Prix et mentions

GAGNANT 2016 du Prix du Gouverneur Général pour la traduction

À propos de ce livre

Revenir en haut