Ceci est une alerte:

Horaire des Fêtes | Nos bureaux seront fermés du 22 décembre 2022 au 4 janvier 2023 | Commandes en ligne | Les livres commandés au plus tard le 8 décembre seront livrés avant Noël; les livres commandés à partir du 9 décembre seront livrés à partir de la mi-janvier 2023 | Toute l’équipe des Presses de l’Université Laval vous souhaite un heureux temps des Fêtes et vous offre ses meilleurs vœux pour la nouvelle année!


Les Académies (Antiquité - XIXe siècle). Sixièmes "Entretiens" de La Garenne Lemot

Discipline: Études littéraires
Parution: 11 octobre 2005
Épuisé Ouvrage non disponible

Description

Avant que d’être des institutions, les académies font retour sur un lieu, un savoir, des pratiques, un être au monde : c’est le jardin d’Académos, la pensée de Platon, un savoir-vivre dans la forme du dialogue philosophique, une posture enthousiaste, railleuse et hostile aux fanatismes et aux dogmatismes. Divers traits qui tracent autant une certaine figure du sage qu’ils dessinent une humanité rare.
L’École de Platon a ainsi traversé l’Antiquité jusqu’aux derniers moments de la république romaine. Lorsque Cicéron la revisite et la rapatrie dans la pensée latine, il ne fait pas que vivifier un modèle ; il l’inscrit dans une culture commune et en redéfinit les formes qui prévaudront dans sa réapparition dans l’Occident renaissant qui en célébrera la fortune dialogique et éthique en même temps que l’urbanité de la conversation entre pairs. Pour en arriver là, il aura fallu un philhellénisme de fond, parfois contradictoire mais inlassablement fécond, à la fin du Moyen Âge. Il en résulte, dans l’Italie de la Renaissance, une symphonie des arts et des sciences dans les enceintes académiques, réunis pour un temps autour de la notion de parangon qui assigne aux arts leur place respective dans le nouvel ordre des compétences reconnues au sein du mouvement académique. Une autre notion, celle de l’encyclopédisme des savoirs comme des pratiques, accompagnera ce mouvement de renaissance et de reconnaissance. Aussi sera-ce, tant en Italie qu’en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, dans les décombres de l’idéal du parangon et dans l’effondrement du rêve encyclopédique à la fin du XVIIIe siècle que se marquera le plus durement la crise des académies, renvoyées soudain, sous le faix des dissentiments de la République des Lettres, aux scléroses de l’académisme.
Par ces grandes avenues, la pensée, les savoirs et les arts de l’Occident s’en trouvent revisités. Les textes ici rassemblés restituent ces itinéraires divers à l’enseigne commune d’un mouvement majeur, durable et européen : les académies.
Revenir en haut