Le mouvement Occupy. Nous sommes les 99 %

Le mouvement Occupy. Nous sommes les 99 %

Discipline: Science politique
Parution: 01 novembre 2013
Militante féministe, avocate passionnée de la justice sociale, Judy Rebick témoigne du mouvement Occupy en Amérique du Nord à la lumière de sa longue expérience des dynamiques d’évolution qui parcourent les sociétés. En situant Occupy par rapport aux changements sociaux qui l’ont précédé et en soulignant le courage et la créativité de la génération nouvelle, l’auteure montre que ce mouvement et les mobilisations similaires déployées dans le monde entier représentent un soulèvement populaire au moins aussi important que ceux des années 1960.

Description

Militante féministe, avocate passionnée de la justice sociale, Judy Rebick témoigne du mouvement Occupy en Amérique du Nord à la lumière de sa longue expérience des dynamiques d’évolution qui parcourent les sociétés. En situant Occupy par rapport aux changements sociaux qui l’ont précédé et en soulignant le courage et la créativité de la génération nouvelle, l’auteure montre que ce mouvement et les mobilisations similaires déployées dans le monde entier représentent un soulèvement populaire au moins aussi important que ceux des années 1960.

Le 17 septembre 2011, dans la foulée du Printemps arabe et des
Indignados (les Indignés opposés aux politiques d’austérité de l’Europe et de l’Amérique latine), des jeunes répondent à l’appel du magazine canadien Adbusters en établissant un campement près de la Bourse de New York. Avec persévérance et conviction, ils invitent les « 99 % » (l’écrasante majorité de la population exclue de la richesse) à les rejoindre dans leur occupation de Wall Street, à leurs yeux la plaque tournante de l’injustice et de l’inégalité qui ravagent le monde.

Judy Rebick rappelle ici que le mouvement Occupy a rapidement bénéficié d’appuis nombreux, qu’il a su s’organiser de manière très efficace et rester fidèle à des processus démocratiques non hiérarchiques. Elle observe que ses campements renouent avec l’esprit de collectivité que le capitalisme néolibéral a détruit en privilégiant l’ascension individuelle au détriment du bien commun. Occupy n’est pas pour elle un simple sursaut de révolte et de refus, mais bien l’invention d’une voie nouvelle qui marque une rupture franche avec les systèmes culturels, économiques et sociaux dominants – en d’autres termes, une véritable révolution culturelle. Émaillé d’anecdotes stupéfiantes et révélatrices, enrichi d’entrevues approfondies avec des militants du monde entier,
1, place Occupy pose un regard lucide et stimulant sur une onde de changement désormais incontournable. 
Revenir en haut