La construction d'une sphère publique musulmane en Afrique de l'Ouest

La construction d'une sphère publique musulmane en Afrique de l'Ouest

Parution: 22 janvier 2016
L’islam a connu une progression fulgurante au Burkina Faso depuis les dernières décennies. Ouagadougou, la capitale, compte à elle seule plus de 600 mosquées.

Description

Autrefois qualifié de « fille aimée de l’Église », le Burkina Faso compte aujourd’hui plus de 60 % de musulmans. Outre leur importance numérique, ceux-ci se sont montrés dynamiques depuis le tournant des années 1990, notamment avec un foisonnement associatif particulièrement important, comme en témoignent les 240 associations islamiques officielles à l’échelle nationale.

Afin de saisir les profondes mutations qu’a subies l’islam burkinabé, les relations internes souvent tendues entre ses tendances et les rapports complexes qu’a entretenus cette religion avec l’État depuis l’indépendance, l’auteur a fait deux séjours au Burkina Faso, allant à la rencontre de trois générations d’imams et de prêcheurs.

Frédérick Madore montre comment l’islam peut constituer un vecteur d’autonomisation pour de jeunes musulmans. Pour certains, l’acquisition d’une légitimité et d’une autorité religieuse leur permet de s’émanciper en partie du poids des structures sociales et ethniques, caractérisées notamment par la gérontocratie. Loin d’être exclusives à l’islam burkinabé, des dynamiques similaires s’observent ailleurs au sud du Sahara.

À propos de ce livre

Dans les médias

" Constructing a Muslim Public Sphere in Burkina Faso " par Abdoulaye Sounaye, The Journal of African History, Vol. 60, No 2, 2019.

Compte rendu de lecture de Robert Launay, Cahiers d'études africaines, 14 mars 2019.

Compte rendu de Cynthia Ohayon, Afrique Contemporaine, vol. 261-262, no. 1, 2017

Revenir en haut