Ceci est une alerte:

Les commandes passées entre le 12 et le 21 juillet seront expédiées ou disponibles au ramassage seulement à partir du 25 juillet. Merci de votre collaboration.


La résistance incertaine. La ruralité dans le passage de la modernité à la postmodernité.

Discipline: Sociologie
Parution: 14 août 2000
  • Nb. de pages:
    330

Description

Bien que cet ouvrage porte sur les transformations du mouvement identitaire rural au Québec - et plus particulièrement dans l'Est du Québec -, il dépeint une réalité universelle : comment est-il encore possible d'habiter un lieu quand la vie est assujettie à la technique et à l'économie ?
À l'époque de la modernisation des campagnes, les ruraux ont lutté contre une certaine conception urbaine de l'espace : concentration des populations et des entreprises, fermeture des villages, séparation de la nature et des espaces habités. Les mobilisations rurales sont revenues, par la suite, marquer le passage à la postmodernité qui s'est déposée comme une chape de plomb sur les régions rurales.
La négation d'un idéal commun au profit de l'indivi-dualisme, de l'économie, de la gestion, du calcul et de l'efficacité réduit la communauté villageoise et la société à un simple système. L'évanouissement du politique jusqu'à l'absolue insignifiance vient ici phagocyter la singularité des espaces habités et les manières de vivre des collectivités. C'est dans ce contexte que les ruraux tentent de contrer l'exclusion et se mobilisent afin de ne pas sombrer dans l'inéluctabilité. Si la résistance est nécessaire, elle est par ailleurs incertaine et bien fragile.
Revenir en haut