CORONAVIRUS – COVID-19

Nous vous invitons à faire vos achats sur notre site Internet.

Les commandes sont toujours traitées dans les meilleurs délais par notre personnel efficace et courtois.

Nouveautés du 14 avril 2021

Publié le 14 avril 2021

Découvrez nos nouveautés de la semaine en librairie et sur notre site Web.

 

La création des jeux de mots et des bons mots

 

La création des jeux de mots et des bons mots par Richard Arcand offre dans ce petit livre, 120 déclencheurs de jeux de mots éclairés par 1 300 réalisations humoristiques et comiques.

Procurez-vous La création des jeux de mots et des bons mots.

 

 

Mondes profanes. Édition augmentée et mise à jour

 

Mondes profanes. Édition augmentée et mise à jour sous la direction de Marc-André Éthier et David Lefrançois explore les usages scolaires des biens, loisirs et services culturels d’histoire pour exercer les élèves à pratiquer de mieux en mieux certains des actes mentaux que les historien·ne·s doivent effectuer lorsqu’elles·ils « pratiquent leur métier ».

Procurez-vous Mondes profanes. Édition augmentée et mise à jour.

 

 

Les carrefours du temps. Temporalités et histoire dans l’œuvre de Cornelius Castoriadis

 

Les carrefours du temps. Temporalités et histoire dans l’œuvre de Cornelius Castoriadis sous la direction de Thibault Tranchant et Stéphane Vibert étudie la philosophie du temps de Castoriadis, comprise comme l’un des foyers principaux de son rapport à la « pensée héritée ». Les contributions de ce volume, qui s’ouvre sur une appréciation comparative de son concept de temps objectif, s’articulent ensuite autour de trois enjeux où se déploie la réflexion castoriadienne sur le temps : la théorie démocratique, la conception du sujet et la philosophie de l’histoire.

Procurez-vous Les carrefours du temps. Temporalités et histoire dans l’œuvre de Cornelius Castoriadis.

 

 

De freemen à Métis : l'histoire retrouvée des gens libres entre la Baie-James et Montréal

 

De freemen à Métis : l’histoire retrouvée des gens libres entre la Baie-James et Montréal par Guillaume Marcotte voyage au tournant du XIXe siècle où une nouvelle catégorie sociale émerge : celle des gens libres, ces familles où d’anciens engagés de la fourrure, une fois terminé leur contrat avec une compagnie de traite, décidaient de demeurer dans le « pays indien » avec leur épouse autochtone et leurs enfants métis.

Procurez-vous De freemen à Métis : l’histoire retrouvée des gens libres entre la Baie-James et Montréal.

 

 

Recevez notre infolettre qui vous informe sur nos publications et sur nos promotions.